Les enfants imaginent Casablanca en 2050

Dans le cadre d’un travail de classe en groupe, des élèves de 6e de l’Ecole Française Internationale de Casablanca ont dessiné les contours de ce à quoi devrait ressembler leur métropole en l’an 2050.

Nous avons accueilli certains d’entre eux à Numu pour discuter de ce beau travail de prospective plein d’espoir et d’imagination. Retrouvez ci-dessous la présentation intégrale.


Texte intégral ci dessous.


Introduction

Aujourd’hui, 55 % de la population mondiale vit en milieu urbain. ​ Au Maroc ce nombre atteint 60%.​ D’ici 2050, plus de 12 millions d’habitants vivront dans la région Casablanca-Settat (selon le HCP*). Casablanca devra faire face au challenge de la surpopulation pour permettre de…​

  • Se moderniser
  • Se nourrir​ 
  • Gérer l’énergie
  • Cohabiter​
  • Se déplacer​
  • Construire

Se moderniser…

A l’écoute de la ville

En 2050, Casablanca est une Smart City doté de sa propre intelligence artificielle.

En 2050, Casablanca est ce qu’on appelle une “Smart City”, ou ville intelligente. Elle s’est dotée de plusieurs technologies pour améliorer la qualité des services urbains et réduire leurs coûts.

Dans le respect total des données privées, des milliers de capteurs connectés rassemblent des datas sur le trafic, la météo, les hôpitaux, les écoles, les pompiers, les commerces, les jardins, les centrales, les bornes de recharge…

Une Intelligence Artificielle au service des citadins nommée “Casa-iA” orchestre et optimise ce système révolutionnaire.

Casablanca accède au top 50 mondial des villes ayant le “City-I.Q” le plus élevé.

L’école, c’est la clé !

Les nouvelles technologies de visualisation et d’apprentissage jouent un rôle clé.

Le défi de cette modernisation ne peut être relevé que grâce aux sciences et à la recherche.
En 2050, le Maroc récolte enfin les fruits d’un long processus d’amélioration de son enseignement public.

  • On utilise la réalité augmentée et virtuelle ainsi que des stimulateurs sensoriels pour décupler l’apprentissage.
  • Les enseignants peuvent personnaliser le cours par rapport au rythme de chaque élève.
  • Leur “RoboAssistant” leur permet de se libérer pour qu’ils puissent aider tous les élèves en difficulté.
  • La dyslexie est enfin éradiquée.
  • 100% des résidents au Maroc passent le BAC, à 14 ans !
  • Les épreuves “Civisme & Ecologie” et EPS ont le même coefficient que les Mathématiques à l’épreuve du BAC.
  • On vient de partout pour étudier au “Casa Tech Institute

Se nourrir … Local et vertical !

Une ferme verticale en plein centre ville permettant des rendements jusqu’à 10 fois supérieurs à l’agriculture traditionnelle. Les plantes y sont cultivées hors de terre, en “aéroponie”. Elles sont disposées verticalement pour gagner de l’espace.

En 2050, face à l’augmentation de la population et aux défis alimentaires, la population de Casablanca a adopté de nouvelles stratégies.​

  • La population est sensibilisée à consommer local et de saison afin de réduire les distances de transport et éviter d’utiliser des emballages polluants. ​
  • Des stations de dessalement par les énergies renouvelables desservent la ville et les fermes en eau.
  • Un réseau de petites fermes et d’élevages de proximité encerclent Casablanca.
  • La ville aide les habitants à créer leurs potagers sur les toits de leurs immeubles (image ci-contre)
  • On construit des fermes verticales : Agriculture locale en étage dans des tours. Elle permet un rendement jusqu’à 10 fois supérieur à l’agriculture classique.

Gérer l’Energie … 100% renouvelable

Ce pont produit de l’électricité. Les marées montantes et descendantes de l’Océan Atlantique, puissantes et régulières, font tourner de nombreuses turbines immergées sous le pont et qui produisent de l’énergie électrique renouvelable et surtout prédictible.

En 2050, Casablanca a réussi sa transition vers une énergie écologique et abordable pour ses habitants.

  • Grâce à son ensoleillement, ses vents et ses puissantes marées océaniques, le pays a réussi le pari de l’énergie 100% de sources renouvelables depuis quelques années déjà.
  • 80% des besoins énergétiques de Casa provient des nombreuses usines marémotrices low-cost qui jonchent son long littoral, un record mondial.
  • Casa devient neutre en émissions de Gaz à Effet de Serre.
  • Ses excédents d’énergie sont exportés vers Dakar, Bordeaux et Alger*, ses villes jumelées les plus proches. (*Clin d’œil au Peuple algérien frère)
  • La ville dispose des dernières technologies de stockage de l’énergie pour pallier à l’intermittence des sites de production solaires et éoliens.
  • Le parc automobile, devenu électrique à plus de 80%, bénéficie d’un vaste réseau de bornes de recharge gratuites.

Cohabiter

Une ville pour tous !

Dans un beau pays ensoleillé comme le Maroc, les loisirs en plein air, pour toutes les générations, sont de bonnes occasions pour créer des liens.

En 2050, Casablanca est une ville inclusive qui améliore le “vivre ensemble”.

  • La ville a su affronter les inégalités socio-spatiales et favoriser la mixité au sein des mêmes quartiers. On trouve des logements économiques à Anfa, des écoles prestigieuses et des musées à Hay Hassani.
  • Elle anticipe les besoins des seniors et des personnes à mobilité réduite en veillant à l’accessibilité des lieux.
    Casa est aussi dotée de nombreux aménagements pour aider les non-voyants, sourds  et malentendants.
  • Elle offre un cadre de vie agréable, incluant plus d’espaces verts, de parcs, de musée et de lieux d’échange et de partage entre habitants.
  • Casablanca traite aussi ses animaux avec bienveillance, en répertoriant et vaccinant ses chats et chiens errants.

En 2050, Casablanca est devenue une destination culturelle internationale comme le fut Tanger un siècle auparavant. Les habitants accueillent des touristes du monde entier venus se divertir et découvrir les musées, les festivals culturels et les richesses locales. 

On est très fiers d’être casaoui !

Cohabiter… Solidairement !

Les SDF ne sont pas oubliés, bien au contraire. La ville mobilise beaucoup de ressources pour aider les sans-abris à retrouver leur dignité.

Les bénévoles du programme “Casa Help” assistent tous ceux qui acceptent d’apprendre un métier pour se réinsérer et trouver un logement

Fort heureusement, de nombreux emplois sont disponibles dans les fermes verticales, les centrales marémotrices et solaires, l’événementiel, les parcs d’attraction, la sécurité etc.

Se déplacer

Electrique et public

Un concept de véhicule électrique autonome, par Volvo.

En 2050, Casablanca favorise les transports en commun et les véhicules électriques autonomes.

  • Les fameux taxis rouges, où l’on pratique depuis longtemps le covoiturage, sont à présent autonomes, permettant aux passager de travailler ou de discuter.
  • Arrivé aux limites de la ville, le tramway passe en mode train de banlieue, et atteint des vitesses de TGV.
  • Casa-iA veille sur la sécurité routière avec une grande efficacité. Les accidents se font très rares.
  • Les véhicules d’urgence, comme les ambulances et les camion de pompiers, peuvent s’envoler en cas d’embouteillage (image ci-contre)

Chacun sa voie

Les vélos et trottinettes sont favorisés par les casaouis qui disposent à présent d’un vaste réseau de voies dédiées pour ces transports légers et écologiques.

Ces petits véhicules sont également disponibles à la location dans plusieurs petites stations.

Des drones de livraison express volant dans leur couloirs aériens sillonnent le ciel bleu. Au centre-ville, on respire enfin un air propre, digne de la vallée de l’Ourika!

Construire…

Humain et durable

Appelée aussi “construction additive”, La construction par impression est rapide, précise et sans gaspillage de matériaux. Elle permet de construire des édifices pas chers et optimisés contre les déperdition d’énergie. Le ciment imprimable peut contenir des déchets agricoles ou alimentaires recyclés et séchés. Cette technique est donc aussi bénéfique pour l’environnement. En 2050, on imprime une maison en 24 heures !

En 2050, on construit vite, écologique et toujours autour du bien-être des habitants.

  • L’IA permet de planifier des projets complexes.
  • Les ouvriers gagnent en force et précision grâce à leur lunettes à réalité augmentée et leur exosquelettes.
  • Les constructions se font de manière modulaire, par imbrication d’éléments préfabriqués, ou bien par impression 3D (image).
  • Les buildings disposent de leur propre centre de recyclage et de plusieurs étages de cultures verticales.
  • Ils disposent aussi d’unités de production d’énergie.
  • Les façades sont recouvertes de membranes dépolluantes qui captent le CO2.
  • Sous ses nouveaux bâtiments, des algues décomposent les déchets pour produire du biocarburant.

Un travail de Yto S., Alya L., Ethan O., Lorraine K., et Mya M.

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?